Phénomènes météorologiques

Vers 1928, un jour de fête votive (juillet) à la gare de Turenne il a fait un orage important, l’eau est montée en peu de temps. Les gens de Ligneyrac, n’ont pu traverser le pont au niveau des Etablissements SIMBELLIE, car la route était inondée.

Les années de sécheresse : 1893 – 1946 – 1947 – 1949 – 1976 et 2003. Chaque fois, la Tourmente était asséchée. D’ailleurs, les gens de Ligneyrac avaient pour habitude de dire, avant l’arrivée de l’eau de Roche de Vic, qu’il y avait plus de vin dans les caves que d’eau dans la citerne

L’hiver 1939-1940, la neige est restée trois semaines. Les réfugiés qui venaient du Nord en roulottes ont d’ailleurs été bloqués à la Gare de Turenne.

La commune a connu différents glissements de terrain dont l’un a provoqué la disparition d’un hameau. Sans oublier les orages de 1997 et 2001 qui ont provoqué inondations et glissements de terrain.

Entre 1912 et 1932, le tacot qui allait de la Gare de Turenne au Bosplot déraillait souvent en raison des glissements de terrain qui se produisaient lors des fortes pluies entre Laubuge et Peyrignac.

Autrefois pour le 15 août, le prêtre de Ligneyrac organisait une procession à la Sainte-Vierge de Soult pour avoir de la pluie.

Les tempêtes de 1983-1984 et 2001 ont, elles aussi, marqué le paysage de la commune.

D’après une étude de Jean-Paul MAUREILLE sur la période 1921-1969, la commune de Ligneyrac avec en moyenne 950 mm de pluie a été la commune la plus sèche du département.